Sa
23.06.2018
16h-2h

Entrée libre

Projection  

Julien Magre, Susana Cabañero Rodríguez, Susan Barnett, Giulia Mangione, Anne-Marie Grobet, Vivian Olmi, Nick Hannes

Ecran Coups de cœur

© Julien Magre

© Susana Cabañero

© Susan Barnett

© Anne-Marie Grobet

© Vivian Olmi

© Nick Hannes

Le sentier

22h00 - 1h30

Partager

Anne-Marie Grobet, Les Nez-noirs de l’Aletsch 1977 et 2017, 2018, 13'
«En 1977, huit bergers qui ne me connaissaient pas ont accepté ma compagnie dans leur course incessante de trois jours jusqu’à 3000 m d’altitude : ils allaient ramener, sans chiens, plus de 1600 moutons égaillés, seuls tout l’été, dans l’alpage démesuré qui domine le glacier de l’Aletsch. L’histoire a duré une année. Je suis allée les retrouver en 2017, quarante ans plus tard…»


Vivian Olmi, L’objet de l’exil, 2018, 8’16’’
«En partant du Chili, pour me souvenir de mon pays et de ma famille, j’ai emporté un objet cher à mon cœur : un album de photos dont la reliure de cuir représente un paysage chilien. Forte de cette expérience, j’ai proposé à 38 élèves immigrés de classes d’accueil lausannoises de poser devant le tableau noir avec un objet qui les relie à leur origine et d’écrire un texte expliquant le choix de cet objet.»


Susana Cabañero Rodríguez, el Hombrecino (the little man), 2018, 4’59’’
« Pendant plus de 30 ans, mon grand-père a gardé une liste de noms dans son portefeuille. Chaque fois qu’il lisait ces noms, il était très ému. Il s’agissait des noms de ses amis et de ses voisins qui furent arrachés à leurs maisons et exécutés durant la guerre civile espagnole. Même s’ils ont disparu il y a plus de 40 ans, ils les avaient toujours à l’esprit. Ils ont réellement disparu quand sa mémoire a commencé à flancher, au même moment où la liste a été perdue. Mais avant cela, je me suis embarqué dans un voyage à la recherche de ces noms et j’ai pris mon grand-père avec moi, afin que nous puissions les rencontrer ensemble. »


Julien Magre, Troubles, 2014, 10’25’’
Carte blanche La Filature
C’est un film. On en connaît le scénario : il est tapi à l’intérieur de chacun de nous. Il ramène la route à la nuit, à des terreurs d’enfance, à des espaces qui ne montrent que la surface des choses, mais en dessous, il sourd tout le danger du monde. Toute surface porte en elle une dangerosité. L’autoroute, elle, l’étale. A killer on the Road.


Nick Hannes, Garden of Delight, 2016-2018, 3’22”
Dubaï est une étude de cas fascinante du développement urbain à grande vitesse. Pendant ses voyages dans le Golfe persique, Nick Hannes s’est concentré sur le rôle de l’industrie du divertissement dans les dynamiques urbaines. Garden of Delight présente Dubaï comme l’ultime terrain de jeu de la mondialisation et du capitalisme, et pose des questions sur l’authenticité et la durabilité.


Giulia Mangione, A Swedish Americana, 2014-2018, 3’51’’
Le terme Americana est généralement utilisé pour définir tout ce qui se rapporte à l’histoire et l’héritage culturel des Etats-Unis. C’est un concept très lié au patriotisme, et à la nostalgie du style de vie idéalisé des années 1950, le « Bon vieux temps ». Ce projet examine l’influence culturelle des Etats-Unis en Suède aujourd’hui. C’est un voyage visuel au cœur d’un phénomène culturel hybride qui est une interprétation de ce que l’on pensait être les années 1950 aux Etats-Unis.


Susan Barnett, Not In Your Face: The Happiness Series, 2018, 7’26’’
«Ces images proviennent de la série Not in your face où les termes «Bonheur, Espoir, Optimisme, Joie, Bandes dessinées et Art» sont clés. Je suis américaine, et l’opportunité de présenter autre chose que la politique, la télévision, des incidents haineux et discriminatoires est bienvenue. Ces photographies abordent les thèmes de l’identité, de la validation et du jugement. Je recherche des personnes qui se démarquent de la foule par les messages qu’ils choisissent d’afficher sur leur dos. Ils nous disent qui ils sont, qui ils ne sont pas et ce qu’ils veulent qu’on sache à leur propos. Ces photographies ont pour but de défier ce que nous savons du portrait, et de se demander si la silhouette, les vêtements et l’attitude d’une personne peuvent en dire autant que son expression faciale.»

Suggestion en rapport avec: Nuit Découverte